L’ Auriculothérapie

L’origine de l’Auriculothérapie est très ancienne. Elle semble avoir été pratiquée dans l’Antiquité, notamment en Inde, en Chine et en Égypte. C’était une manière de soigner fort répandue dans le bassin méditerranéen quatre siècles avant J.-C. Les Égyptiens calmaient les douleurs par la stimulation de points spécifiques localisés sur l’oreille. Les chinois connaissaient également cette pratique. Hippocrate soignait avec succès certains types d’impuissance par de petites saignées sur la zone auriculaire.
egypte
Au 20ème siècle, en 1956 précisément, le Docteur Paul Nogier à partir de l’observation de patients soignés d’une sciatique rebelle par cautérisation sur une zone bien précise du pavillon de l’oreille, par une autodidacte, Madame BARIN CASALTA (guérisseuse à Marseille. Il établit une première correspondance cartographique des points de l’oreille par analogie d’un foetus lové la tête vers le bas dans le pavillon de l’oreille..
Il nomma la discipline « Auriculothérapie » après avoir établi cette première cartographie précise. Paul Nogier, ses élèves et l’Auriculothérapie furent hués par les Médecins tenant de la thérapeutique conventionnelle.
De nombreux travaux de recherche ont précisé les bases neurophysiologiques de la discipline. Reconnue et validée en 1987 par l’O.M.S., elle fut standardisée et cartographiée dans une nomenclature internationale des points en 1990.
Depuis les travaux pionniers du Docteur Nogier jusqu’aux explications neurophysiologiques amorcées par de grands noms de la discipline (les Docteurs René BOURDIOL, René KOVACS, le Professeur Jean BOSSY et bien d’autres), les récentes acquisitions neuroscientifiques de la dernière décennie, notamment l’IRM fonctionnelle ont permis de parachever sa compréhension et du même coup de la hisser au rang des disciplines médicales authentiques, grâce à la validation et à l’évaluation.